Agevillage

Un retraité tue son épouse atteinte d'Alzheimer

Puis il met fin à ses jours


Partager :

Un homme âgé de 78 ans a tué son épouse atteinte de la maladie d'Alzheimer d'un coup de fusil de chasse dans un foyer de personnes âgées à Saint-Martin-des-Noyers (Vendée), a-t-on appris mercredi 29 juin auprès du substitut du procureur de La Roche-sur-Yon, Emmanuel Philippeau.Les faits se sont produits mardi en début d'après-midi. Marcel Guilmineau, armé de son fusil, a contourné par l'arrière le bâtiment de la maison de retraite Sainte-Agathe, avant de pénétrer dans la salle d'activités où se reposait sa femme Liliane, âgée de 74 ans. Il lui a tiré dessus à bout portant, puis a retourné l'arme contre lui.Seule une employée du foyer se trouvait dans la pièce. Elle a assisté à la scène sans avoir pu réagir. L'homme a succombé à ses blessures quelques minutes plus tard. Selon le substitut du procureur, Marcel Guilmineau n'aurait pas supporté de savoir son épouse atteinte de la maladie d'Alzheimer. «Même si le couple se voyait tous les jours, le mari souffrait de voir sa femme diminuée physiquement», a indiqué M. Philippeau à l'Associated Press. Celle-ci était hébergée au foyer de personnes âgées depuis avril.Marcel Guilmineau devait également rentrer en maison de retraite dans les semaines à venir, a précisé le substitut du procureur. «Cette perspective lui était difficile à accepter. Dépressif, il avait, de plus, perdu l'une de ses filles il y a six mois». «Toute la commune est choquée, a déclaré le maire de Saint-Martin-des-Noyers, Jean-Claude Forney. C'est une famille d'agriculteurs très connue ici, qui a eu onze enfants».Lien utile : www.francealzheimer.org

France Alzheimer réagit

L’Association France Alzheimer qui a pris connaissance de ce fait divers, a mis en garde contre l’isolement qui menace bien souvent les familles de malades, qui n’osent pas ou n’acceptent pas de demander de l’aide. Il est fondamental pour les proches de malades de savoir se faire aider. Les familles doivent s’informer, se former, et être soutenues. Les antennes locales de l’Association France Alzheimer permettent de partager avec d’autres familles, et proposent des formations et des groupes de soutien animés par des psychologues.L’Association France Alzheimer, qui a choisi cette année de communiquer sur le thème « Vivre avec la maladie d’Alzheimer », rappelle que les accueils de jour, en recevant les malades un ou deux jours par semaine au sein d’une structure spécialisée, peuvent permettre à la famille et au malade de « souffler un peu ». Arlette MEYRIEUX, Présidente de l’Association France Alzheimer, a déclaré : « Nous déplorons évidemment que des personnes en arrivent à de tels actes de désespoir. Il faut renforcer l’aide aux familles et promouvoir les accueils de jour. Nous espérons que le nouveau Ministre de la Santé et des Solidarités saura écouter et prendre en compte nos demandes à ce sujet. Nous comptons les lui rappeler très prochainement. »



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -