Agevillage

France Domicile licencie la moitié de son personnel


Partager :

France Domicile licencie la moitié de son personnel et recentre son activité sur son volet  "Grands comptes (mutuelles, assureurs, distributeurs). Elle abandonne son activité auprès des particuliers.
L'enseigne annonce une perte prévisionnelle d'environ 2 millions d'euros. Les salariés licenciés manifestaient leur colère, ce 23 juin devant le Centre Pompidou ou se tenaient les Assises nationales des services à la personne. 

Pour faire face à déficit prévisionnel de 2009, l'enseigne créée en 2005 par plusieurs acteurs de l'économie sociale (UNA, Mutualité Française,  Unccas, Macif, Matmut, Crédit Coopératif, Casden, Esfin-Ides) a décidé de licencier 10 personnes (webmaster, animateurs réseaux, chargé de communication. Celles-ci qui ont toutes moins de deux ans d'ancienneté, réunies au sein d'un Collectif des futurs chômeurs de France Domicile s'expriment "sur les motifs du licenciement économique avancés par la direction générale", dans un communiqué diffusé le 23 juin. .

Dans un blog www.collectif-fdo.blogspot.com le Collectif souligne que "le salaire des 10 personnes licenciées ne représente qu'un tiers des charges de personnel, et n'allège que légèrement la trésorerie de France Domicile (250.000 euros d'ici à fin 2009)".

La direction de France Domicile fait savoir que cette mesure vise à "adapter les moyens de l'entreprise à ses ressources". Tandis que le collectif dénonce le fait qu'"aucun  plan de réorganisation permettant de garantir la survie de l'entreprise n'a été prévu" et que l'entreprise "continue d'avoir recours à des consultants extérieurs qui pour certains ont pris la place des personnes licenciées".

Droit de réponse du Président de France Domicile


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

LOLO81ans

01/09/2009 16:09

Les profits du grand âge...


Utiliser le service à la personne, le service au grand âge, le service à domicile... comme un créneaux de profit ordinaire est une erreur que des assureurs, des vendeurs de supermarché croient possible d'investir pour une rentabilité immédiate. Grosses erreurs les énacques ! Le service à domicile, au grand âge, au maintien de la personne âgée dans son quotidien c'est autre chose que de vendre des patates, des tomates et des contrats d'assurance bagnole.... Ca demande de l'investissement à moyen et long terme et les charges en personnel ne peuvent être évitées car on en est pas encore aux robots multifonctions dans ce domaine. Et c'est tant mieux !!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -