Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : Faut-il que seuls les vieux soient solidaires des vieux ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/02/2014

0 commentaires

Annie de VivieLes vieux ne relèveraient-ils plus de la solidarité nationale ? Depuis l’élection de François Hollande, la ligne est claire : ils doivent s’autofinancer.

Retraite.
Le report de la date de revalorisation annuelle des pensions du 1er avril au 1er octobre est l’un des moyens imaginé par le gouvernement pour réduire le déficit des régimes de retraite. Seules les personnes éligibles à l’aide sociale sont exonérées.
Les majorations de pension (10%) des personnes ayant élevé au moins trois enfants seront désormais fiscalisées. Jusqu’à présent, cette majoration était nette d’impôt.
Ces deux mesures — +1,8 milliard d’euros en 2014 et +2,7 milliards en 2020 — qui s’ajoutent à la hausse du taux de cotisation, contribuent au rétablissement à court terme des régimes de retraite.

Aide à l’autonomie.
Le seul budget dont disposera le ministre des personnes âgées, Michèle Delaunay, pour refinancer l’APA en 2015 sera issue de la Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA). Soit une taxe de 0,3% sur les pensions de retraite qui rapporte environ 650 millions d’euros. Cette CASA a déjà été détournée en 2013 pour financer l’assurance maladie. Quid si la loi Autonomie n’est pas votée en 2014 ?

Silver économie.
Le gouvernement veut constituer en France une filière industrielle nouvelle spécialisée sur la création de nouveaux outils issus des technologies de l’information à destination du grand âge. Comme ces nouveaux outils seront onéreux à l’acquisition, le gouvernement table sur les retraités aisés pour en financer l’acquisition.

Les seuls vieux solidaires des vieux fragiles.
On est bien loin du 5ème risque (promis en son temps par le Président Sarkozy) et du droit de compensation des handicaps quel que soit l’âge, décrit dès 2004 dans le rapport de Maurice Bonnet au CESE ou en 2007 par la CNSA (partie VI).
Ce droit était défendu par de nombreux élus socialistes… dans l’opposition.
Or sans solidarité intergénérationnelle, nous ne pourrons pas aider dignement les personnes handicapées, malades, âgées (voir les explications de Mireille Elbaum du Cnam, maintenant au Haut conseil de financement de la protection sociale).

Nous aurons alors intérêt à demeurer valide comme Robert Marchand, sur son vélo, à 102 ans.
Sinon …

Partager cet article

Sur le même sujet