Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Consultation citoyenne : nos dix propositions pour une société plus inclusive

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 08/02/2021

0 commentaires

Ouverte depuis près de deux mois, la consultation citoyenne “Comment améliorer la place des personnes âgées dans la société ?” touche à sa fin. Dans cette dernière ligne droite, la rédaction d’Agevillage a souhaité formuler 10 propositions en faveur de l’autonomie, des droits des personnes âgées et d’un meilleur accompagnement. Des propositions qui seront soumises au gouvernement dans le cadre d’une lettre ouverte adressée à la ministre déléguée chargée de l’Autonomie.

Lancée le 18 décembre dernier à l’initiative de la ministre déléguée chargée de l’Autonomie la grande consultation citoyenne se clôt ce mardi 9 février.

En moins de deux mois, 53 360 personnes ont participé et s’il n’est plus possible de soumettre une nouvelle proposition, il est toujours possible de contribuer à la consultation en votant pour celles qui semblent les plus pertinentes.

Plus une proposition recevra de votes, plus elle aura de chance d’être retenue et transformée en actions concrètes.

En plus des 1660 propositions déjà formulées, nous avons souhaité apporter notre contribution en soumettant 10 axes de réflexion pour aider à bâtir une société plus inclusive.


Mêmes droits, mêmes devoirs pour tous, quel que soit l’âge

1/ Affirmer que l’on peut vieillir debout, malgré tout, malgré les maladies invalidantes, en se donnant les moyens professionnels d’y répondre partout sur les territoires, en développant des outils de communication permettant aux concitoyens de les aider à vieillir debout et à mettre en œuvre leur réseau d’aides jusqu’au bout.

2/ Soutenir la lutte contre l’âgisme en favorisant la participation citoyenne des plus âgés, leur prise de parole via des espaces démocratiques identifiés et renforcés comme les conseils de la vie sociale (CVS) qui doivent devenir plus utiles, plus fonctionnels, vers des Villes amies des aînés.

3/ Rendre efficaces les recours en cas de difficultés, de conflits, de situation à risque de maltraitance, avec un suivi des signalements au 3977, un meilleur recours aux personnes qualifiées désignées, la médiation en gérontologie…


Soutenir les réseaux de proximité pour favoriser l’autonomie

4/ Analyser les attentes, les besoins, mais aussi les capacités restantes et les envies des personnes concernées grâce à un outil d’évaluation multidimensionnel opposable qui viendrait remplacer notamment la grille Aggir, celle-ci prenant uniquement en compte ce que la personne ne peut plus faire.

5/ Construire des plans d’aide ajustés, mais aussi des plans de prévention et d’inclusion des plus âgés dans la société, autour d’équipes, de services, d’établissements identifiés, des professionnels de confiance, labellisés

6/ Soutenir les proches aidants par des politiques dédiées (répit, droits, vie professionnelle…) sans qu’aider ne soit une obligation, une assignation.


Renforcer la professionnalisation des métiers du grand âge

7/ Créer de véritables spécialisations en gériatrie et gérontologie pour tous les professionnels, soignants ou non, qui accompagnent les personnes âgées, comme les infirmiers de pratique avancée en gérontologie.

8/ Renforcer les compétences des professionnels en repensant les formations et en leur donnant les outils nécessaires pour accompagner le grand âge et ses situations complexes (polypathologies, maladies neuro-évolutives, troubles du comportement, désorientations, fin de vie)

9/ Reconnaître le niveau de compétences nécessaire pour exercer ces métiers hautement spécialisés.

10/ Valoriser les initiatives rassurantes, les labels (comme le label Humanitude, 1er label de bientraitance), les certifications, qui ont un impact d’intérêt public sur la qualité de vie des personnes qui avancent en âge, sur leurs proches aidants et aussi sur la qualité de vie au travail des professionnels avec des indicateurs médico-économiques positifs (baisse des hospitalisations, passages aux urgences, médicaments, accidents et arrêts de travail, turn-over, absentéisme…).


Partager cet article