Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

L’Observatoire du grand âge (Ogra) est né avec Florence Aubenas, Victor Castanet et Laurent Garcia

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 11/04/2022

2 commentaires

Il neigeait ce 8 avril 2022 à Montreuil, en région parisienne, pour la soirée de lancement de l'Ogra : Observatoire du grand âge. Un signe de fertilité, de prospérité ? Né de la volonté du cadre de santé Laurent Garcia, cet observatoire vise à alerter et faire évoluer les établissements et services destinés aux plus âgés fragilisés. Laurent Garcia est aussi le lanceur d'alerte des Ehpad du groupe Orpea à l'origine du livre de Victor Castanet, Les Fossoyeurs, qui a accepté d'être le parrain de l'Ogra. Autre personnalité qui s'implique dans cet observatoire : la grand reporter et auteure Florence Aubenas. L'ambition de l'Ogra ? Etre un lieu d'alerte et de caisse de résonance sur la manière dont sont traitées les vieilles personnes dans notre pays.

Parce que le grand âge est un angle mort de notre société

Pour Florence Aubenas, le grand âge est un angle mort de notre société. Elle a découvert les conditions de vie et de travail dans les Ehpad à l’occasion de la grève de 117 jours de salariés de l’Ehpad de Foucherans en 2017.

Elle constate que malgré les grèves de 2018, malgré les manques de la crise covid, la loi grand âge tant attendue pour renforcer les moyens des établissements et des services à domicile n’a pas été votée.

Il a fallu la déflagration du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet pour que la parole se libère, que les témoignages à charge et les plaintes pleuvent.

Reste que le nombre de personnes âgées en situation de fragilité augmente et que les professionnels désertent ce secteur.

L’Observatoire du Grand Age se veut comme un prolongement de ces déflagrations, comme un lieu constructif, engagé et ouvert aux associations, aux représentants des parties prenantes : les vieux eux-mêmes (avec le Cnav : collectif auto-proclamé de la vieillesse), les familles, les professionnels.

Il s’inspire du fonctionnement du contrôleur des lieux de privation de liberté. Il va étudier, veiller, rassembler les faits et les porter à qui de droit, pour défendre les droits et les libertés des plus âgés en situation de vulnérabilité et des professionnels qui les accompagnent.

L’Ogra veut apporter un regard extérieur et indépendant sur ces structures qui gagneraient à s’ouvrir toutes, souligne Florence Aubenas.

Parmi les premiers membres de l’Ogra : Laurent Garcia (président), Florence Aubenas (vice-présidente), Aurélie Aulagnon, consultante en gérontologie, Sabrina Deliry du Cercle des proches aidants en Ehpad (@CPAE)

Pour contacter l’Ogra : écrire à observatoire par mail association.​ogra@​gmail.​com

Le site internet de l’observatoire sera en ligne très bientôt.

Partager cet article

Annie de Vivie

Bonjour madame
Nous sommes tellement en phase avec vous : valoriser, valoriser, valoriser... sans angélisme, ni triomphalisme.
Côté Agevillage : nous relayons chaque semaine les initiatives positives
Côté Humanitude et lors de notre colloque annuel : nous mettons en valeur les équipes moteurs, innovantes à soutenir.
Continuons !
Merci de vous savoir à nos côtés !
Annie de Vivie

Le Gosles

Directrice d’une résidence autonomie j’accompagne depuis plus de 20 ans les veilles personnes mais aussi ceux qui les accompagnent avec humilité et humanité. Le métier a profondément changé. Le battage médiatique ne nous aide pas. Bon nombre de directeurs sont épuisés pour ma part il me reste 6 mois hâte et pourtant j’aime tellement ce métier. Ne jugez pas ce que vous ne voyez pas pas pour pour ceux qui vont suivre dans ce Le profession. Un souhait faites de ramdam sur tout ce qui se passe de bien dans nos établissements. J’ai eu un prix en 2016 lieu de vie lieu d’envie j’en suis fière comme mes équipes qui recherchent toujours des approches non médicamenteuses. Dommage que ces expériences ne fassent pas Le buzz. Le grand public a besoin de le savoir.