Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Du domicile à l’Ehpad : les vieux réfléchissent à l’habitat collectif de demain

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 3 min

Date de publication 23/05/2022

0 commentaires

Ce 16 mai à la Cartoucherie de Vincennes, accueillis par la maîtresse des lieux Ariane Mnouchkine, elles étaient une soixantaine de vieilles personnes réunies à l'initiative du Cnav (Collectif national auto-proclamé de la vieillesse), de Vif (Vieux inégaux et fous) pour discuter de l'habitat de demain, plutôt en mode collectif. L'association Old'Up (membre du Cnav) a présenté le lancement d'une enquête pour inventer les futurs cadres de vie au grand âge. Alors que les Ehpad n'attirent pas et que la parole se libère sur les scandales dénoncés dans le livre enquête Les Fossoyeurs de Victor Castanet (Prix 2022 des Assises du Journalisme), l'idée ici est d'inventer les modes d'habitats qui répondent aux attentes de toutes les situations au grand âge, y compris les plus complexes. Mais "rien pour les vieux, sans les vieux !"

Des habitats collectifs, participatifs qui existent déjà, y compris pour les personnes en situation de vulnérabilité, atteintes de maladies neuro-cognitives

Partagés, collectifs, participatifs, inclusifs, appelez-les comme vous voulez : ces solutions d’habitats fleurissent et se matérialisent sur les territoires avec l’appui de banques, d’associations, de structures coopératives jusqu’aux pouvoirs publics nationaux et départementaux qui multiplient les appels à projets.

Certains sont sortis de terre et partagent leurs expériences, leurs interrogations, leurs premiers enseignements. Découvrez une dizaine de ces projets concrétisés dans l’exposition Prendre soin au pavillon de l’Arsenal à Paris jusqu’à fin mai. Voir aussi les maisons Watt-Home sur Valencienne ou Villa Nouvelle à Croix.

Tous bénéficient d’une dynamique locale, d’un territoire investi voire labellisé Amis des aînés”. L’habitat collectif n’est pas isolé, hors sol, il est connecté à des ressources multiples pour participer lui aussi à l’adaptation de la société à son vieillissement, pour aider à vieillir debout, y compris quand la vulnérabilité, la maladie avancent avec les troubles associés.

Le département de l’Eure a ainsi lancé des Assises des Solidarités invitant les experts de la gériatrie et la gérontologie à débattre avec les personnes qui avancent en âge, avec les professionnels de terrain.

Et si chaque territoire inventait ses accompagnements pour les situations humaines les plus difficiles ? Il pourrait alors graduer un parcours résidentiel pour les autres situations de vie : qui peut le plus peut le moins ! Voir en images les réflexion d’Annie de Vivie (fondatrice d’Agevillage.com et directrice des formations Humanitude) pour ces Assises des Solidarités.

Voir ces habitats collectifs pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer comme la Maison du Thil à Beauvais portée par les Petits Frères des Pauvres ou la toute récente colocation en Alsace.

Parmi les clés : définir et défendre la raison d’être du lieu pour ne pas tomber dans une colocation sans lien, sans âme, sans pérennisation. Pas si simple de définir ses valeurs, les repères, des modes de fonctionnement et les recours en cas de difficultés, en cas de départ d’un des habitants… Mieux vaut se faire aider des réseaux et ressources ci-après.

Des ressources pour monter son projet d’habitat collectif

Découvrez les réseaux, collectifs qui peuvent vous guider dans les choix juridiques, administratifs et financiers de ces habitats collectifs, participatifs.

- le réseau Hapa : le réseau de l’habitat partagé et accompagné

- Habicoop : pour les projets de coopératives d’habitants

- RhisHome : réseau d’habitats inclusifs seniors

- H@pi : le réseau de l’habitat inclusif et partagé monté avec la Fondation petits frères des Pauvres et le groupe Caisse des Dépôts 

- Le réseau Lachpa : Les Aidants Concepteurs d’Habitats Partagés et Accompagnés

- Les travaux du collectif Habiter autrement (coanimé par les petits frères des Pauvres et l’association Monsieur Vincent) : un rapport d’étude et un guide repère à destination des structures souhaitant devenir porteurs de projet d’habitats alternatifs.

- Iudo : une équipe qui accompagne les propriétaires fonciers dans leur démarche d’optimisation foncière et dans la réalisation d’opération de micro-promotion.

Voir aussi au sein l’expérience du mouvement Colibris et de ses projets Oasis : des éco-lieux qui décident souvent d’une dimension sociale, intergénérationnelle.

Partager cet article