Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Familles et professionnels : l’alliance sans outrance face aux urgences

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/09/2022

1 commentaires

Les associations de personnes âgées, de familles, les fédérations professionnelles sont vent debout en cette rentrée 2022.

Alors que les besoins du grand âge sont connus, documentés de moult rapports, alors que la Cour des Comptes reconnait les manques de moyens et financements en milliards d’euros, force est de constater que les décisions politiques ne suivent pas.

La loi Grand âge n’est plus à l’ordre du jour pour des actions fléchées dans le projet de loi de finance de la Sécurité Sociale (PLFSS) 2022.

La crise sanitaire covid a mis à mal le respect des droits des personnes, leur liberté, les visites, déplorent les associations de familles, en échos aux propos engagés et engageants de Catherine Ollivet à l’Université d’été de l’espace éthique à Nice.

Après les plaintes contre le groupe Orpea, alors que la situation se tend encore avec la pénurie de personnels, la crise énergétique… les différentes parties prenantes se mobilisent pour #vieillirdansladignité avant de mourir dans la dignité, pour être fiers des métiers du lien.

Malgré l’absence de loi, les besoins sont tels que les initiatives redoublent pour soutenir l’aide à l’autonomie : découvrez cette semaine ces outils pour les proches aidants contre la dénutrition, l’information des quatre signes et symptômes de l’insuffisance cardiaque, les concours d’écriture et les Prix Chronos pour parler du vieillissement à tout âge, l’outil Monagevillage pour Agrica géolocalisé, personnalisé pour les proches aidants.

Nous serons à vos côtés ce 28 septembre à Coulx pour une rencontre sur l’Humanitude chez un établissement labellisé, le 1er octobre pour la journée internationale des personnes âgées (avec l’association Debout les Aîné.e.s à Lille), dans le cadre de la Semaine bleue : on tentera de changer de regard sur le grand âge le 3 octobre à Troyes, le 6 octobre avec la journée nationale des aidants (JNA), le 7 octobre à l’Ehpad les Balcons du Lot à Prayssac, labellisé Humanitude.

Parce qu’un autre récit sur l’avancée en âge est possible, avec des structures professionnelles, rassurantes, inspirantes, de confiance.

Reste à porter le changement, le déployer en soutien des professionnels exsangues, à bout. Idem pour beaucoup de familles, de proches aidants.

Reste à affirmer l’ambition d’un vieillir debout, sans angélisme, sans triomphalisme, avec humilité et détermination, engagement, en sortant des expérimentations pour une grande politique de l’âge. Car la démographie nous rattrape. L’urgence monte et les tensions épuisent.

Ce sera difficile sans loi structurante, nationale, financée, pour relever le pari pas si fou que ça d’une société pour tous les âges, dans des territoires labellisés Amis des aînés”, villes aidantes…

Les associations de personnes âgées, de familles ne désarment pas, tels des chevaliers blancs des sans-voix. Plutôt au coude à coude que face à face avec les fédérations professionnelles. Avec les personnes concernées, pas sans elles, en mode Révieuxlution” selon la Fondation I2ml et l’université de Nîmes.

Mais sans outrance de part et d’autre, au risque d’aggraver encore les colères, les épuisements, les brûlures à fleur de peau.

En complémentarité, en reconnaissance mutuelle, en pluridisciplinarité, l’alliance des parties prenantes, des professionnels, des proches aidants est un baume indispensable, car il est impossible d’aider seul à vieillir debout, malgré tout, jusqu’au bout.

Une alliance qui aura besoin d’un appui social, sociétal et politique.

Partager cet article

Caro Pierre

bonjour à toutes et tous, 25 années de travail sur les conséquences d'un long temps de vieillissement dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés, m'ont confirmé dans deux principes qui guident ma vie : demeurer responsable, anticiper les possibles situations en continuant d'apprendre pour comprendre et entreprendre. Compte tenu des situations actuelles, nous avons peu de chance de changer vers les politiques que nous souhaitons. TRAVAILLONS pour préparer après demain... demain c'est déjà trop tard. Pensons à nos petits-enfants si nous ne pouvons pas renverser les tables aujourd'hui. Faisons qu'ils n'aient pas besoin de le faire dans leur temps. Je demeure à disposition. Amitiés à toutes et tous Pierre ... retraité professionnel