Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

8 mars, Journée du droit des femmes : hommage à Paulette Guinchard

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 08/03/2021

2 commentaires

L’ancienne secrétaire d’État chargée des Personnes âgées du gouvernement Jospin, mère de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) en 2001, des CLIC (Centres locaux d’information et coordination), infatigable militante des droits des plus âgé.e.s, Paulette Guinchard, nous a quittés jeudi 4 mars dernier.

Infirmière en psychiatrie, l’élue du Doubs, fille d’agriculteurs, s’impliquait au plus près des réalités de terrain, fière de son accent et de son histoire.

Pourquoi ce sont toujours les femmes qui aident ?

En ce 8 mars 2021, journée internationale du droit des femmes, rappelons les propos de Paulette Guinchard qui interrogeait le fait qu’il serait normal” d’aider quand on est une femme, en 2013 lors de la Journée nationale des aidants.

Toute sa carrière politique s’est centrée sur l’idée que vieillir c’est vivre”. Elle avait ainsi déployé les Cafés des âges avec Jean-Michel Caudron (et votre web-magazine Agevillage).

En 2013, elle s’impliquait donc dans la Journée nationale des aidants, pour aider à accepter ce rôle non encore reconnu dans les plans d’aides des proches.

En tant que présidente de la CNSA, elle voyait cette caisse nationale comme la maison commune de l’autonomie”, garante de l’accès aux droits, aux aides techniques sur les territoires. 

Elle a vu la difficulté pour sa maman de s’équiper d’un déambulateur à plus de 90 ans. C’était difficile d’accepter sa vulnérabilité. Or dans le même temps, Paulette Guinchard avait dû s’équiper pour vivre avec la maladie invalidante dont elle souffrait.

Ce déambulateur adapté, ajusté, investi, leur permettait à toutes les deux de retrouver une forme d’autonomie dans leur vie quotidienne, auprès des leurs.

De la mobilisation des aides à domicile dont elle louait l’importance, le professionnalisme nécessaire à la gouvernance locale des politiques vieillesse en passant par l’urbanisme d’une société pour tous les âges, Paulette Guinchard militait pour que la société ne soit pas centrée sur l’homme fort mais sur nos vulnérabilités.

Vieillir n’est pas une maladie, affirmait-elle avec force tout mettant en avant l’importance de la prévention, comme cette semaine contre le glaucome ou pour la santé auditive soutenue par les proches aidants.

Vieillir est un temps de vie.
Elle militait en 2014 avec Patrick Kanner pour une Grande cause nationale âge et autonomie”.

On peut imaginer aujourd’hui qu’elle aurait soutenu ces associations d’aidants et de professionnels qui mettent en œuvre la réouverture des Ehpad sous conditions, notamment la condition d’une vaccination anti-covid qui s’accélère à tour de bras. Rappelons qu’une class action entend faire la lumière sur la gestion de la crise sanitaire.

Parce que nous serons tous vieux un jour, vulnérables un jour, soyons tous vigilants à la vulnérabilité, martelait Paulette Guinchard. Notre rédaction vous invite ainsi à lire cette semaine De mon balcon, chroniques d’un confinement parisien. Par un jeune photographe de 85 ans.

Notre rédaction présente ses condoléances aux proches de Paulette Guinchard, militante pour la vie, debout jusqu’au bout, elle qui a fait le choix du suicide assisté.

Son parcours, son expérience, son sourire patient et déterminé nous engagent.

Paulette Guinchard
Partager cet article
Tags

Elisabeth

Merci Annie pource belle hommage à Paulette Guinchard pour sa vie d'engagement auprès des personnes de grand âge et sa fidélité à ses valeurs et à ses choix de vie jusqu'au bout .

Caro Pierre

Adieu à Paulette.
Je t'ai connue en même temps Geneviève Laroque et Jean Michel Caudron. Vous m'avez quitté.
Je vous dois reconnaissance pour m'avoir encouragé à entreprendre cette seconde carrière de réflexions et actions sur les conséquences d'un long vieillissement dans une société mondiale où nous allions être toujours plus nombreux et plus âgés.
Je garderai ma maison, comme je te l'avais exprimé, comme un "Café des âges" que tu avais créé avec Denis Jacquat en 2005, avec l'Association "Vieillir c'est vivre". Vous étiez tous deux députés.
Ta gentillesse, tes énergies, ton courage, ton sens des relations aux autres, demeureront pour guider mon travail Merci à toi Paulette. Souvenirs à Geneviève et Jean Michel.
Pierre Caro, retraité professionnel, retraite et bien vieillir longtemps.