Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Parkinson : l'activité physique pour lutter contre la maladie

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 13/09/2021

0 commentaires

En France, environ 200 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson et 25 000 nouveaux cas sont décelés chaque année. Si, à ce jour, il n’existe pas de traitement pour guérir Parkinson, il est toutefois possible de retarder son évolution et agir sur la qualité de vie au quotidien. La pratique d’une activité physique adaptée, notamment, est vivement recommandée pour reprendre le contrôle sur les symptômes et de lutter contre la maladie.

Ces sportifs qui montrent l’exemple

Cet été, un passionné de la petite reine atteint de la maladie de Parkinson s’est lancé le défi de faire le tour de la France à vélo. 

Arrivé le 13 août dernier après 90 jours sur sa selle, Rémy Serret a bouclé la boucle. 

Agé de 61 ans, cet ancien coureur cycliste amateur diagnostiqué Parkinson en 2005 a parcouru 7200 km à vélo en 90 jours et a montré qu’il était toujours possible de réaliser ses rêves les plus fous. 

Voir la vidéo de nos confrères de La Provence

Le 5 septembre, ce sont 4 coureurs atteints de la maladie de Parkinson qui ont réalisé l’exploit de rallier les 21,097 kms du semi-marathon de Paris.

Quelques jours plus tôt, Les Dernières Nouvelles d’Alsace nous apprenait qu’une malade avait participé à La Colmarienne. 

Diagnostiqué il y a 6 ans, à 51 ans, Pascaline Metzger a ainsi parcouru les 5 km de la course alsacienne. 

Des exemples inspirants, qui viennent rappeler les bienfaits du sport, aussi bien physiques que psychiques, chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

L’activité physique pour une meilleure qualité de vie

Selon une étude anglaise, les activités physiques quotidiennes sont réduites d’environ 30 % chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 

Une inactivité physique qui peut exposer les malades à des risques cardio-vasculaires, de diabète, d’ostéoporose…

En plus de lutter contre les risques liés à la sédentarité, une activité physique adaptée et régulière peut aussi permettre d’influer sur les symptômes de la maladie de Parkinson et donc de gagner en autonomie au quotidien.

Les bénéfices physiques et psychiques chez les malades de Parkinson : 

  • Renforcement musculaire
  • Favorise la détente musculaire
  • Permet une meilleure endurance
  • Amélioration de la coordination des gestes et de l’équilibre
  • Action contre le stress et les troubles dépressifs

Autant d’apports qui peuvent permettre de réduire les risque de chute, améliorer la mobilité, réduire la fatigue et donc faciliter la réalisation de tâches quotidiennes et agir sur la qualité de vie en général.

Quelles activités physiques faut-il pratiquer ?

Les exercices cardiovasculaires, de flexibilité et de renforcement musculaire sont à privilégier chez les malades de Parkinson. 

Ainsi, la marche, le vélo, le yoga, la natation, la danse, le taï-chi, la gym douce… constituent des activités physiques adaptées aux malades.

La pratique d’uns activité physique nécessite cependant de ne pas dépasser ses limites personnelles. Avant de se lancer, il est recommandé d’en parler avec son médecin, afin d’opter pour des exercices les plus adaptés à ses possibilités. 

Partager cet article