Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Grand Age : appels au civisme indviduellement, collectivement, politiquement

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 04/07/2022

0 commentaires

La crise sanitaire du covid-19 n’est visiblement pas terminée.

Les contaminations repartent à la hausse, notamment auprès des personnes les plus vulnérables parmi lesquelles les plus âgées.

Cette crise interpelle notre civisme pour faire face aux défis, aux crises, comme la transition démographique qui vient se superposer à la transition climatique, numérique, démocratique.

Faisons l’effort de remettre un masque dans les transports, de répondre aux invitations de vaccinations pour limiter les contaminations qui frappent les plus vulnérables et décuplerait même les risques de développer Alzheimer, Parkinson ou un AVC, pour soulager notre système de santé, sous extrême tension pour cet été.

Faisons l’effort de donner notre sang car les stocks sont au plus bas.

Faisons l’effort de lutter contre le travail au noir en déclarant les intervenants professionnels
… pour qu’ils soient reconnus, soutenus, formés, rémunérés, protégés et que leur accompagnement soit valorisé à sa juste valeur. En effet : aider à vieillir debout demande un professionnalisme requis.

Faisons l’effort de prioriser des missions dans les services d’aide, du soin, du lien, porteuses de sens, aux domiciles, dans les Ehpad, quand on souhaite se réorienter, quand on sort des formations médicales notamment (voir l’appel, l’alerte rouge, lancés par le directeur de la Fondation Partage et Vie)… en espérant des établissements et des services véritables lieux de vie-lieux d’envies, ouverts et aussi accessibles financièrement.

Faisons l’effort de connaître nos droits en tant que proche aidant, au regard des avancées du congé de proche aidant encore timides et incomplètes pour l’Unaf. Osons poser des questions sur les tarifs des Ehpad quand son proche n’est alimenté que par sonde.

Faisons l’effort de devenir le tuteur familial” de son proche, de son parent, mais en étant conseillé, formé, soutenu voire rémunéré pour les responsabilités exigées.

Faisons l’effort de participer à la prévention et à l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer mais pas seul, sans soutien professionnel, formé, labellisé, financé, en proximité.

Faisons l’effort de bouger, de marcher, de pédaler en écho au Tour de France, pour s’amuser, pour rester en lien, pour garder la forme et vieillir debout.

Faisons des efforts en citoyen, en mode positif, engagé, pour nos valeurs républicaines, boosté par de multiples services au grand âge dignes de ce nom : de la tutelle au soutien à domicile en passant par les solutions d’habitats dotés de professionnels formés et compétents sur tous les plans (médicaux, sociaux, culturels…).

Difficile de faire ces efforts seul, sans du soutien : tous les professionnels appellent à une loi grand âge d’envergure, incarnée par nos nouveaux ministres salués par les fédérations professionnelles : François Braun en tant que Ministre de la Santé et de la Prévention, Jean-Christophe Combe : Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées et Geneviève Darrieussecq : Ministre déléguée auprès du Ministre des Solidarités Chargée des Personnes handicapées.

Gageons que si chacun fait des efforts, la société s’adaptera à son vieillissement, luttera contre son âgisme, et aidera à vieillir debout.

Gageons que si chacun remet son masque, les Ehpad rouvriront.

Gageons que le civisme individuel, collectif et politique répondent aux défis du grand âge.

Partager cet article
Tags