Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Edito : la sagesse du pire

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 09/12/2019

0 commentaires

En écho aux travaux du philosophe Jean-Pierre Dupuy

En ces journées de mouvements sociaux, chaque citoyen sent bien les tensions qui s’exercent dans notre société.

Nous sommes face à plusieurs transitions : démographique (avec la révolution de la longévité inédite), écologique (avec le réchauffement climatique) et numérique (avec le déploiement des technologies qui inquiètent et qui demandent des accompagnements avec ces Maisons France Services notamment).

Face à un avenir qui pourrait être apocalyptique, sur le plan climatique avec les risques d’effondrements associés, le philosophe Jean-Pierre Dupuy parle de sagesse du pire” résumé par Alternative Economique comme suit : nous devons agir comme si le pire était certain. Cela renforce la probabilité que l’apocalypse ne se produise pas”.

Cette sagesse du pire fait écho selon moi aux enjeux du vieillissement : oser regarder notre avancé en âge, oser s’y préparer, même au pire, même aux handicaps, à la fragilité, à la maladie d’Alzheimer (elle inspire des vidéastes pour des court-métrages cette semaine).

Cette sagesse du pire peut nous inviter à bousculer nos idées reçues, secouer notre âgisme individuel et collectif et mieux nous prendre soin de nous, de nos dents, des médicaments à bon escient (AntitibioMalin) pour une bonne santé, longtemps.

Elle nous invite à nous mettre en mouvement, à entrer dans la danse, quel que soit notre âge, nos handicaps. Lâchez vous et n’hésitez pas à partir à l’abordage comme ces quatre seniors qui partent à l’assaut de l’Atlantique !

Cette sagesse du pire nous invite à découvrir les activités qui nous passionnent, près de chez nous,dans des associations où s’investir en faisant du bénévolat. Elle nous pousse à découvrir les solutions pour vieillir chez soi et en sortir (quitte à trouver un chauffeur pour conduire sa propre voiture). Elle pousse à découvrir les lieux de vie qui vous conviendront quitte à les inventer (voir une cartographie du parcours résidentiel, si possible labellisé comme dans notre annuaire Agevillage !). Découvrez, re-découvrez cette semaine l’accueil familial qui peut être une solution en sortie d’hospitalisation. Pourquoi pas ?

Cette sagesse du pire nous invite… à la sagesse, à la contemplation de notre vérité, de notre condition humaine.

Avec philosophie, avec humilité.

Avec humour aussi.

Car le pire n’est jamais sûr.

Partager cet article
Tags