Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Familles et professionnels côte à côte plutôt que face à face

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/08/2021

1 commentaires

La révolution de la longévité comme les risques sanitaires invitent à la mobilisation plutôt que l’opposition, la fragmentation… mais parfois c’est compliqué de se mobiliser côte à côte plutôt que face à face.

C’est compliqué pour ces six familles qui portent plainte contre un établissement pour personnes âgées dépendantes de Montélimar face à des défauts des soins par manque de personnel quelques jours. Les arguments des responsables professionnels face à la pénurie de main‑d’œuvre vont peser face à la douleur des proches aidants et des principaux concernés par ces situations à risque de maltraitance. Comment faire évoluer un face à face en point de convergence vers un lien, un dialogue renoués dans l’intérêt des personnes vulnérables ?

C’est compliqué pour les 2,2 millions de particuliers employeurs d’assurer la responsabilité de l’obligation vaccinale de leur intervenant à domicile. Et pourtant c’est devenu une obligation pour lutter contre le risque sanitaire. Mieux vaut pour ces particuliers employeurs et ces professionnels d’œuvrer côte à côte plutôt que face à face.

C’est compliqué pour les proches de choisir de mentir ou pas à une personne désorientée
qui veut sortir par exemple. Et si on adaptait la vérité pour qu’elle devienne audible et rassurante pour la personne en situation de vulnérabilité ? Ensemble, les proches aidants, les professionnels, ont intérêt à apprendre ces stratégies de diversion qui réorientent la vérité afin de maintenir le lien et la communication si précieux. 

C’est compliqué de comprendre les intérêts des uns et des autres concernant la facturation des repas en cas d’hospitalisation par exemple. L’enjeu est de bien lire, voire de revoir le contrat qui sera signé.

C’est compliqué aussi de déménager au grand âge mais ça s’anticipe et ça se prépare, côte à côte, avec le soutien de services professionnels ou pas.

Mais qu’il est doux le temps de la convergence, ensemble pour de belles rencontres constructives pour tous les âges, comme nous le raconte le livre Parenthèses de Fabrice Lacombe.

C’est compliqué mais à mon avis, mieux vaut faire front commun devant ces réalités qui nous dépassent, cette révolution de la longévité qui s’accélère comme les crises climatiques et sanitaires.

Je vous souhaite une belle rentrée côte à côte plutôt que face à face.

Partager cet article
Tags

Cauderan Claude

Madame de Vivie,
Dans votre édito, vous abordez le sujet des professionnels qui interviennent auprès des Particuliers Employeurs.
Ces professionnels sont les salariés du Particulier Employeur et dispose d'un contrat de travail (et non un contrat de prestation de service à la personne).
Je vous rappelle que le STATUT de particulier employeur est inscrit dans le marbre du Code du travail depuis août 2016.
La caractéristique essentielle d'un contrat de travail c'est le lien de subordination.
Les conditions d'emploi au domicile d'un particulier employeur sont régies par la Convention Collective des SPE ou des ASSMATS et à compter du 1er janvier 2022 une seule CCN sera applicable.
Dans le cadre de cette pandémie, les partenaires sociaux ont édités le Guide sectoriel des bonnes pratiques sanitaires Covid-19 dés la 1ère vague de 2020.
C'est dire que dans le secteur des Emplois à domicile de la Famille tout a été mis en œuvre , grâce au dialogue social, pour dissiper par avance d'éventuelles tensions entre les acteurs du domicile.
Pour la vaccination, les tensions proviennent surtout des difficultés de programmations dans les centres pendant cette période estivale.
Cordialement